ARTISTE PLASTICIENNE

COMPTINES

Dessins à la Pierre Noire

C'est en 2012, qu'elle découvre la pierre noire, ne cessant plus dès lors, les allés et retours entre ces deux moyens d'expressions. S'inspirant du monde qui l'entoure tout autant que de son parcours personnel, elle juxtapose tendresse et cruauté au sein de ses sujets où se croisent les notions de mémoire, de rêves, de cauchemars, de mythologies intimes, le tout sur fond de comptines dissonantes. Un monde singulier à l'ambiance orageuse où le fantastique et le réel se marient sur le support.
Notons que l'animalité tout autant que la figure de l'enfant tiennent la place centrale de ce théâtre de l'intime. Les acteurs de cet univers :
Ici, une fillette masquée se réjouissant, un cadavre de loup à ses pieds, là, un éléphant estropié réduit à l'esclavage par une cohorte de mannequins-soubrettes. Là encore, une hyène encerclée, à la merci d'une meute d'enfants grimés en lapin. Les rôles s'inversent et c'est accompagné par des soeurs jumelles aux masques blancs immaculés, affichant un sourire mystérieux, que nous "traversons le miroir". Les figures de forces et les prédateurs deviennent celle de la vulnérabilité.
 
Véronique Potiron questionne notre rapport au monde, notre ambivalance, entre innocence et monstrueuse cruauté, entre poésie légère et cauchemar insondable, comme le noir de la pierre, abyssale... Entre instinct et inhibition, elle dit nos rapports de force, les dominants / les dominés. Entre couleurs, lumière et noir total, elle nous invite à réfléchir sur la nature de nos masques, de nos miroirs, de notre humanité...

1/1